dimanche 31 octobre 2010

çà peut n'être que de tailler l'un après l'autre ses rosiers

Alors je viens d'avoir une illumination, je vais faire une série, je sais ça n'est pas inventer la poudre mais je vais faire comme si j'avais une expo en vue!
Mon thème, soldats de 14 18, c'est commencé et assez inédit, fi des marins et autres policier américanisants!

Et pour fêter ça un peu de vieilleries vu que je suis quasi-improductif en ce moment!


et un peu de musique!

vendredi 22 octobre 2010

mercredi 20 octobre 2010

moment de grâce

(Comme je n'ai plus peur d'affficher mes goûts ...)
Pur moment de grâce, le parfait canal entre le coeur et l'auditoire.
Perfection du geste. La maitrise totale et l'abandon.


Dans la série "mon homme idéal"

Jean Claude Pascal
Avec sa belle voix, ses yeux de velour et surtout "ses grandes oreilles décollées"!






Jean Claude Pascal
Avec sa belle voix, ses yeux de velours et surtout "ses grandes oreilles décollées"!

Et peut_être le sens caché des paroles de Viladin...

mardi 19 octobre 2010

Mais qu'elle horreur !!!!!!!!


Franchement, je vois très souvent Francois Sagat dans la salle de sport ou je vais, il n'a rien à voir avec cette affreuse poupée!!!!

L'"artiste" qui a fait le gabari n'avait pas François sous les yeux, ou ne l'aimait pas!!!
Ils auraient du me demander de superviser l'bazar!
Pauv'ti bonhomme!

Souvenir de vancances à Claines Worcestershire

samedi 9 octobre 2010

Fond de tiroir




du neuf avec du vieux quoi!

jeudi 7 octobre 2010

Allez viens,

nager 10 000 brasses coulées de Radiosofa

c'est mon coup de coeur du moment !
Bon je pense que c'est lié à mon état du moment.
Faut que j'arrete d'écouter radio Ici et maintenant et radio libertaire si je veux finir l'année!

Ben voilà

Monsieur se plaint de ne pas avoir de boulot et quand il en a ça l'emmerde...
Ben oui,

como la gata Flora!!! Soy yo!


Un vieux machind'y a quelques années


mercredi 6 octobre 2010

La photo qui a changé ma vie!


L'originale découpée dans Télérama en 1976 ou 75 je ne sais plus, en tout cas c'était un cycle stars féminines, il ya plus de 30ans mais je me souviens. Il y avait "dance fool dance" avec JC "intermezzo" avec Ingrid Bergman, un Garbo mais je ne me souviens plus lequel et surement un ou 2 autres un avec Dietrich je crois.

dimanche 3 octobre 2010

Tu seras un homme mon fils




Si tu peux voir détruit l'ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou, perdre d'un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir;

Si tu peux être amant sans être fou d'amour,
Si tu peux être fort sans cesser d'être tendre
Et, te sentant haï sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre;

Si tu peux supporter d'entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d'entendre mentir sur toi leur bouche folle,
Sans mentir toi-même d'un seul mot;

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère
Sans qu'aucun d'eux soit tout pour toi;

Si tu sais méditer, observer et connaître
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur;
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser sans n'être qu'un penseur;

Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage
Sans être moral ni pédant;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d'un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront,

Alors, les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis
Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire,

Tu seras un Homme, mon fils.

Si tu peux rester calme alors que tous tes proches
Semblent perdre la tête et vouloir t'en blâmer,
Si tu peux croire en toi face à tous leurs reproches
Mais comprendre leur doute et toujours les aimer ;
Si tu peux espérer sans te lasser d'attendre,
Si tu ne sais mentir à ceux qui t'ont menti,
Si celui qui te hait, tu ne peux le lui rendre,
- Mais sans parler en Sage, ou sembler trop gentil ;

Si tu rêves - mais sans que ton rêve t'envoûte,
Si tu penses - mais non vers d'abstraites hauteurs,
Et si tu sais passer de Triomphe en Déroute
Sans te laisser berner par ces deux imposteurs ;
Si tu peux supporter qu'un vil faquin dévie
Le sens de tes propos pour abuser les sots,
Ou voir briser ton oeuvre et, penché su ta vie,
Avec de vieux outils assembler les morceaux ;

Si tu peux risquer tous tes gains à pile ou à face,
Simple lot au hasard d'un seul coup suspendu,
Tout perdre, et repartir de tes débuts, sans place
En toi pour un soupir sur ton pari perdu ;
Si tu forces ton coeur, tes nerfs, tes tendons, même
Quand las de t'obéir ils s'en sont détournés,
Et si ta Volonté, résistance suprême
A ton vide total, leur dit toujours : "Tenez !"

Si tu sais rester noble en parlant à la foule,
Si tu sais rester simple en côtoyant les rois,
Si pas plus que l'ami l'ennemi ne te foule,
Si tout homme t'est cher mais nul n'a trop de poids ;
Et si tu peux remplir la minute exigeante
De secondes valant la course que tu fis,
La Terre t'appartient et - leçon plus grisante :

- Tu seras un Homme, mon fils !


Rudyard Kipling